Marronnier

Publié le 9 Septembre 2014

En bonne place parmi les marronniers de la rentrée, les sorties médiatiques (journaux, télévision, …) de Jean-Paul Brighelli dont on connait le discours catastrophiste sur l'école ainsi que son machisme ou sa détestation de l'Islam et des musulmans. Il serait fastidieux et peu intéressant en définitive de déconstruire une nouvelle fois sa rhétorique. Une rhétorique proche de celle de Marine Le Pen, dont il reconnait se sentir proche au deumeurant ..., car elles se construisent (et se déconstruisent) de la même façon.

Il y a juste un point de cette rhétorique que je n'avais pas encore relevé et qui m'apparait aujourd'hui assez clairement : le paradoxe entretenu à propos de son rapport au corps enseignant. Il se présente à la fois comme le porte-parole de cette masse enseignante qui résiste en silence et au quotidien aux injonctions pédagogiques délirantes de son administration. Il est vrai qu'une partie de son succès médiatique est due à l'écho que son discours a rencontré dans certains secteurs de la corporation. Mais il soutient, en même temps, que cette masse, en dehors de quelques héros résistants, comme lui bien sûr, est aujourd'hui tout autant "crétine" que les élèves auxquels elle a à faire. Et il est vrai qu'une autre source de son succès est là, dans cet autre écho que son discours a connu, cette fois chez les "petits", ceux "d'en bas", les dominés, qui s'en prennent pêle-mêle aux fonctionnaires, à l'État, aux politiques, etc.

Mais qui trop embrasse, mal étreint ...

Rédigé par roger monjo

Publié dans #actualités

Repost 0
Commenter cet article

serrurier paris 24/11/2014 15:24

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

trafic 12/11/2014 07:50

Merci beaucoup pour cet article. Continuez.